Equipements de survie – PNC Contact
mardi 22 janvier 2019

© US Navy

Equipements de survie

Les différents éléments constituant le kit de survie à bord des canots et des slide raft.

© US Navy

CCA Théorie formation hôtesse de l’air

TRANCHET INSUBMERSIBLE :

  • Permet de couper le filin qui relie le canot à l’avion.
  • Il est situé au niveau du haut du mât du canot  ou sur le tore supérieur du convertible.
  • Ne pas oublier de passer la dragonne autour du poignet.

HAUSSIÈRE :

  • Elle est utilisée pour relier les embarcations ou éventuellement récupérer un passager se trouvant dans l’eau.
  • La haussière se trouve attachée au canot (ou convertible).

ÉCOPE :

  • Permet de vider l’eau contenu au fond du canot (ou convertible).

ÉPONGE :

  • Permet d’enlever le talc du toit de canot (ou convertible) avant de récupérer l’eau de pluie.

SAC RÉCUPÉRATEUR D’EAU DE PLUIE :

  • Utiliser pour récupérer l’eau de pluie
  • Sur les convertibles, un système de récupération se trouve au centre du toit auquel se fixe le sac récupérateur.
  • Sur le canot, le sac récupérateur se fixe sur un embout.

LOT DE RÉPARATION :

Ce lot de réparation se trouve soit dans les canots soit dans les slide rafts.

  • Un manuel / carnet : ce manuel donne des instructions pour l’entretien et les petites réparations.
  • Une pompe à main : servant à gonfler le fond du canot après embarquement et regonfler si nécessaire les tores, le mât et le fond  lorsque ceux-ci ont perdu de leur rigidité. Elle peut également servir d’écope.
  • Une trousse de réparation protégée par un sachet imperméable qui contient :
    • Une bande de tissu caoutchouté enduit de colle protégée par un papier métallisé et de la colle.
    • Des rondelles de tissu caoutchouté enduites de colle et protégées par du papier métallisé, un morceau  de  papier abrasif.
    • Des jeux d’obturateurs :
    • Un jeu de 6 cônes en caoutchouc de diamètres différents pour obstruer provisoirement un trou. Choisir le cône approprié en fonction du diamètre du trou (provisoirement)
    • Puis frotter la surface avec le papier de verre. Étaler la colle et choisir la rustine adaptée.
    • Enlever le cône et fixer la rustine (regonfler si nécessaire).
    • Deux coupelles métalliques de réparation pouvant être serrées l’une contre l’autre à l’aide d’une tige filetée et d’un écrou papillon. Elles sont utilisées pour obstruer une déchirure.
    • Glisser la coupelle inférieure dans la déchirure, tirer la tige et placer l’autre coupelle au-dessus de la déchirure.
    • Serrer l’écrou à. papillon et casser le fil (en le tordant).

Tranchet insubmersible © PNC Contact

Haussière © PNC Contact
Haussière © PNC Contact

Écope © PNC Contact
Écope © PNC Contact

Éponge © PNC Contact
Éponge © PNC Contact

Récupérateur eau de pluie © PNC Contact
Récupérateur eau de pluie © PNC Contact

Cône © PNC Contact
Cône © PNC Contact

Coupelle © PNC Contact

Pompe © PNC Contact
Pompe © PNC Contact

L’ANCRE FLOTTANTE

L’ancre est fixée par l’extrémité de son filin à la saisine de l’embarcation puis pliée et amarrée sur cette saisine. Le fil est long d’environ 7 mètres. L’ancre flottante permet d’augmenter la dérive due aux courants marins et  limite la dérive due aux vents. En conditions de survie, il est préférable de se laisser dériver dans le sens des courants marins puisqu’ils sont connus et ne changent pas. Les secours sauront dans quelle direction chercher les rescapés du crash. Le vent lui change en permanence et n’est pas fiable pour effectuer les recherches. Si toutefois nous sommes à proximité immédiate d’une côte et que les vents poussent l’embarcation vers les côtes nous relèverons l’ancre flottante

UTILISATION :

  • L’ancre flottante est à jeter à la mer dès regroupement des canots.
  • Libérer son amarrage en prenant soin de ne pas détacher son point de fixation.
  • Elle va se gorger d’eau, se lester, s’enfoncer vers le fond et prendre la direction des courants marins.
  • Pour mettre en place les balises de signalisation il faudra relever au préalable l’ancre flottante.
  • Elle permet de diminuer ou d’augmenter l’aération dans l’embarcation.
Ces informations ne sauraient être garanties comme étant à jour et ne peuvent remplacer les cours de CCA théorique fournis par une école hôtesse de l’air / steward ou ceux disponibles en suivant ce lien.

 

 

Partages

ABONNEZ-VOUS !



Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 56 724 autres abonné·es.
En vous inscrivant vous acceptez de recevoir nos mails et ceux de nos partenaires et vous acceptez notre Politique de confidentialité.


Partages