jeudi 23 mars 2017

Actu — mardi 25 octobre, 2016 à 10:50 — 1 Commentaire

Ecole hotesse de l'air

NOS ECOLES PARTENAIRES

Hôtesse de l’air, le palu est dangereux !

Le palu n’est pas a prendre a la légère !, un article de PNC Contact, hôtesse de l’air et steward
Anopheles Albimanus © DR

Anopheles Albimanus © DR

Hôtesses l’air, stewards ou plus largement personnels navigants, si vous avez de la fièvre consultez un médecin sans attendre trop longtemps ! Cela vaut surtout si vous avez fait un vol vers l’Afrique ou une autre région contaminée par la malaria.

La malaria, aussi connue sous le nom de palu, est une maladie transmise par les moustiques. Elle peut être mortelle si pas diagnostiquée et traitée à temps. Les symptômes du paludisme sont :

  • Fatigue généralisée,
  • Perte d’appétit,
  • Vertiges,
  • Céphalées,
  • Troubles digestifs (embarras gastrique), nausées, vomissements, douleurs abdominales,
  • Diarrhée,
  • Myalgie diffuse.

Il existe plusieurs types de palu et, si certains ne sont pas mortels, il en existe un qui est grave et engage le pronostic vital de la personne, le Plasmodium falciparum. Ce paludisme s’attaque au cerveau et peut également entrainer de graves problèmes respiratoires. Comme pour la grippe il y aura de fortes fièvres, des raideurs dans le cou mais, ce n’est pas une grippe !

Il existe des traitements prophylactiques qui permettent d’éviter l’infection en cas de piqure. Si ce traitement n’est sans doute pas une solution pour une hôtesse de l’air, il existe des solutions pour diminuer le risque de piqure. En premier lieu il faut savoir que le moustique responsable de cette maladie sévit surtout la nuit. Evitez donc de vous promener les jambes et bras à l’air après le coucher du soleil, portez des vêtements amples de couleurs clairs. Evitez l’alcool, les moustiques adorent cette odeur. Des répulsifs existent, enduisez-vous avec en sélectionnant ceux qui contiennent du DEET (N, N-diethyl-m-toluamide) !

Il y a encore de nombreux cas de palu en France dont certains décèdent. Cette maladie n’est pas à prendre à la légère et si vous avez le moindre symptôme vous ne devez pas hésiter à consulter un médecin en lui indiquant votre profession et que vous avez été exposé au palu.

Faites tourner, ça pourra peut être sauver une vie !

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Publicité
Recherche
Publicité
Publicité
Publicité