mercredi 23 août 2017

Actu — dimanche 28 août, 2016 à 10:02 — 3 Commentaires

Ecole hotesse de l'air

NOS ECOLES PARTENAIRES

Crash de Dubai et automanette

Le Boeing 777 et l’automanette…, un article de PNC Contact, hôtesse de l’air et steward
Boeing 777 Emirates © DR

Boeing 777 Emirates © DR

Crash de Dubaï : précisions sur l’automanette

NOS ECOLES PARTENAIRES

3 Commentaires

  1. Christophe dit :

    Je rejoins beaucoup plus facilement ce point de vue même si certains points restent flous. Effectivement, l’engagement TOGA est impossible au posé, contrairement aux Airbus qui, pour cette fois, sont plus simples à gérer dans cette phase. Effectivement, il est possible qu’un windshear se soit mêlé au problème.

    Mais ça n’explique pas tout et il y a quand même quelques choses qui m’intriguent :
    – Une remise de gaz, sur tous les avions, se résume à 2 choses : Assiette et POUSSEE ! Personne ne parle d’une défaillance possible (probable ?) de l’équipage ou des moteurs (pour quelle raison ?) dans cette phase.
    – Une procédure windshear se résume à 2 choses aussi : Assiette et POUSSEE !!! Dans ce cas, on ne touche surtout pas au train et aux volets et, sauf erreur de ma part, ça signifie manettes en butée mécanique (c’était le cas sur 747). Je ne suis donc pas certain qu’il y ait eu windshear…

    Dans un cas comme dans l’autre, on retrouve une constante : la POUSSEE n’était certainement pas ce qu’elle aurait dû être. Là où ça devient intéressant, c’est quand on sait que ça fait presque 1 mois que l’accident a eu lieu et qu’il est évident que les enquêteurs savent si la poussée était là et si l’équipage l’avait commandée.

    Je pense donc qu’il s’agit probablement d’une mauvaise réaction des automatismes non détectée et non gérée par l’équipage, menant à une mauvaise exécution de la procédure de remise de gaz (que ce soit à cause d’un oubli d’appuyer une seconde fois sur TOGA ou à cause de la non application de la poussée en manuel) . Emirates n’a sans doute pas envie de voir ses équipages critiqués, ce qui expliquerait le silence actuel. Dans quelques mois, nous aurons les informations, mais ça n’intéressera plus personne, d’autant plus que les médias locaux ont sans doute été mis au pas ! Notez qu’un incident similaire chez AF aurait immédiatement déclenché une réaction inverse de la presse qui se serait empressée de fustiger une « erreur de pilotage » !

    PS : Je doute que quelqu’un dispose du FCOM 777 en PDF car je ne crois pas qu’il existe sous ce format. Celui utilisé dans la documentation constructeur est (sauf erreur de ma part) au format XML…

Laisser un commentaire

Publicité
Recherche
Publicité
Publicité
Publicité