vendredi 24 mars 2017

Secourisme — mercredi 21 décembre, 2011 à 9:47

École hôtesse de l'air

NOS ÉCOLES PARTENAIRES

Brûlure, plaies et gelure

les soins à prodiguer, un article de PNC Contact, hôtesse de l’air et steward

CCA Théorie formation hôtesse de l’air

Plaie du doigt © Ericalens

PLAIES

La conduite à tenir devant une plaie superficielle consiste à suivre scrupuleusement trois étapes :

1 ° FAIRE L’EXAMEN CLINIQUE AU NIVEAU DE LA PLAIE SUPERFICIELLE.

  • Déshabiller si possible les alentours de la plaie superficielle.
  • Retirer les bijoux (bagues, montre, bracelets.)
  • Il faut ensuite éliminer l’éventualité d’une plaie artérielle ou veineuse.
  • Afin de calmer la douleur, l’hôtesse de l’air peut proposer un antalgique, le Doliprane ou Paracétamol.
  • Demander au passager s’il n’est pas allergique au Paracétamol et s’il n’en n’a pas pris dans les quatre  heures qui viennent de s’écouler. En effet, la posologie de ce médicament, qui doit être connue par le l’hôtesse de l’air (où steward) est de un comprimé de 500mg de Paracétamol toutes les quatre heures afin de ne pas dépasser la dose maximale de 3g par jour chez l’adulte.

2 ° PRÉPARER LE MATÉRIEL NÉCESSAIRE AU TRAITEMENT DE LA PLAIE SUPERFICIELLE.

  • Compresses stériles.
  • Désinfectant cutané.
  • 3 bandes de 5, 7 ou 10 cm en fonction de la localisation de la plaie superficielle.
  • Du sparadrap ou une épingle de sûreté.
  • 1 sachet vomitoire.

En plus du matériel, il ne faudra pas oublier de prendre sur son plateau, le comprimé de Paracétamol ainsi qu’un verre d’eau rempli.

Afin d’agir au plus vite auprès du passager, le matériel devra être pris en une seule fois.

GELURES

Conduite à tenir DEVANT UNE GELURE

DÉFINITION :

Les gelures sont des lésions dues au froid généralement localisées aux orteils (57% des cas), aux doigts (46% des cas) et à la face (17% des cas). Elles se produisent à des températures inférieures à 0.C, mais aussi à des températures comprises entre 0.C et 10.C (dans les cas d’expositions prolongées, surtout en milieu humide).

Leur étendue et leur profondeur sont fonction de l’intensité du refroidissement.

Les gelures superficielles représentent 74% des cas et vont guérir sans séquelles en moins de 15 jours. Les gelures profondes représentent 26% des cas et laissent des séquelles qui peuvent nécessiter l’amputation des zones touchées.

LES SYMPTÔMES :

L’extrémité touchée s’engourdit (sensation de « doigt mort » ou de « pied en bois »).

La peau devient pâle ou violacée et froide.

Lors du réchauffement de l’extrémité touchée il y a apparition d’un œdème (gonflement) au-dessus des lésions et de phlyctènes (bulles). Cette phase s’accompagne de douleurs vives pendant plusieurs jours.

Si la gelure est profonde il y a également apparition d’escarres (croûtes noirâtres formées de tissu mort) ou de nécrose.

LE TRAITEMENT :

  • Amenez la victime dans un endroit chaud et abrité.
  • Dégagez tout vêtement qui pourrait serrer le membre touché.
  • Ne faites pas de massages, de frictions ou de manipulations brutales.
  • Réchauffez sans attendre le membre affecté avec votre haleine ou en le plaçant au contact de la peau nue, sous les vêtements.
  • Si possible, plongez-le dans de l’eau chaude (environ 36.C) additionnée d’un antiseptique doux (Dakin, Bétadine …) pendant une vingtaine de minutes (Ce bain sera répétée si nécessaire une ou deux fois par jour).
  • L’action du froid est multipliée par 14 par l’humidité et par 10 par le vent. Il faut donc impérativement disposer de vêtements et de chaussures adaptés et en parfait état.

La sensation de froid provenant du nez ou d’une oreille qui gèle est peu perceptible. Se  mettre à l’abri dès les premiers symptômes.

 BRÛLURES

Elle consiste à suivre scrupuleusement cinq étapes :

1 ° FAIRE L’EXAMEN CLINIQUE AU NIVEAU DE LA ZONE DOULOUREUSE.

  • Déshabiller si possible les alentours de la zone brûlée en faisant attention de ne pas arracher la peau.
  • Retirer les bijoux (bagues, montre, bracelets.)
  • Il faut ensuite évaluer la surface atteinte en demandant au passager ou il a mal exactement ?
  • Il faut ensuite évaluer la profondeur de la brûlure, en degré.
  • Présence d’une rougeur (érythème) = 1er degré
  • En plus de l’érythème, présence de cloques (phlyctènes) = 2ème degré
  • En plus de l’érythème et des phlyctènes, présence de parties noirâtres avec perte de la sensibilité et perte de substance = 3ème degré.
  • Afin de calmer la douleur, l’hôtesse de l’air (où steward) peut proposer un antalgique, le Doliprane ou Paracétamol.

Demander au passager s’il n’est pas allergique au Paracétamol et s’il n’en a pas pris dans les quatre  heures qui viennent de s’écouler. En effet, la posologie de ce médicament, qui doit être connue par le PNC est de un comprimé de 500mg de Paracétamol toutes les quatre heures afin de ne pas dépasser la dose maximale de 3g par jour chez l’adulte.

2 . PRÉPARER LE MATÉRIEL NÉCESSAIRE AU TRAITEMENT DE LA BRÛLURE.

  • Compresses stériles.
  • Compresses de Tulle Gras ou Biogaze.
  • 3 bandes de 5, 7 ou 10 cm en fonction de la localisation de la brûlure.
  • Du sparadrap ou une épingle de sûreté.
  • 1 bouteille d’eau minérale.
  • 2 sachets vomitoires.

En plus du matériel, il ne faudra pas oublier de prendre sur son plateau, le comprimé de Paracétamol ainsi qu’un verre d’eau rempli. Afin d’agir au plus vite auprès du passager, le matériel devra être pris en une seule fois.

3 . TRAITEMENT DE LA BRÛLURE :

  • Ne pas oublier de dire à l’examinateur qu’avant de traiter la brûlure, il faut :
  • Proposer le Paracétamol au passager en posant le comprimé et le verre d’eau sur la tablette.
  • Se laver soigneusement les mains avec du savon.
  • Ouvrir les compresses stériles et les humecter avec de l’eau.
  • Poser délicatement les compresses mouillées sur la zone brûlée et arroser la brûlure pendant 10 à 20 minutes  afin de vider entièrement la bouteille. Pour se faire, le passager placera la zone brûlée au-dessus d’un sachet vomitoire.
  • Retirer les compresses mouillées et sécher délicatement la zone brûlée avec une autre compresse stérile.
  • Ouvrir la compresse de Tulle Gras ou Biogaze et la placer sur la zone brûlée (1 ou 2 compresses suffisent).

L’examinatrice peut vous demander comment vous posez le Tulle Gras ou la Biogaze. N’oubliez pas de retirer la cellophane qui la protège.

  • Placer plusieurs compresses stériles sur le Tulle Gras ou Biogaze afin de réaliser un coussin spongieux (6 à 8 compresses suffisent).
  • Faire ensuite un bandage occlusif ou fermé avec les bandes Velpeau.

4 . SURVEILLANCE DU PASSAGER :

Après traitement de la brûlure, il faut contrôler :

  • La sensibilité (en demandant au passager de tourner préalablement sa tête du côté opposé de la fracture).
  • Demander au passager s’il est vacciné contre le Tétanos.

5 . INSTALLATION DU PASSAGER :

Essayer si possible d’installer le passager « blessure coté hublot »

Ces informations ne sauraient être garanties comme étant à jour et ne peuvent remplacer les cours de CFS théorique fournis par une école hôtesse de l’air / steward ou ceux disponibles en suivant ce lien.
Source www.distrimed.com

École hôtesse de l'air

NOS ÉCOLES PARTENAIRES

Les commentaires sont fermés.

Publicité
Recherche
Publicité
Publicité
Publicité