mercredi 01 mars 2017

Secourisme — samedi 17 décembre, 2011 à 10:06

Ecole formation sol

NOS ECOLES PARTENAIRES

Urgences respiratoires

Méthode d’Heimlich, un article de PNC Contact, hôtesse de l’air et steward

M’éthode Heimlich © US Air Force

CCA Théorie formation hôtesse de l’air

L’asphyxie  est un manque partiel ou total d.O2 dans l’organisme. Les causes peuvent être tout à fait différentes. Nous étudierons ci-dessous quelques-unes d’entre elles.

SIGNES CLINIQUES :

  • Cyanose (coloration bleue de la peau et des téguments)
  • Agitation
  • Angoisse, panique
  • Sensation de mort imminente
  • Accélération du rythme cardiaque

CONDUITE À TENIR :

Dans la grande majorité des cas = OXYGÈNE

Attention !

Ne pas administrer d’oxygène pour :

  • L’hyperventilation = faire respirer du CO2
  • Tétanie = faire respirer du CO2
  • Voies respiratoires totalement bloquées

CAUSES DE L’ASPHYXIE :

II peut s’agir d’un petit objet, tel qu’un jouet une pièce de monnaie (chez les enfants), d’un débris alimentaire ou de la fausse route d’une bouchée.

Cas n.1 : Le corps étranger n’obstrue que partiellement la voie respiratoire

Le passager parle.

Il tousse, la respiration est sifflante

L’air passe difficilement

Il est légèrement cyanosé

Traitement : 

  • Demander le déroutement si cyanose
  • O2 à la bouteille (débit continu 4l/minute)
  • Demi assis
  • Surveiller la cyanose, celle-ci disparait avec l.O2
  • Si celle-ci réapparait, envisager la deuxième possibilité.

 

Cas n.2 : Le corps étranger obstrue totalement la voie respiratoire

Le passager ne parle plus.

Il s’agite, suffoque.

Il est tout rouge, puis devient de plus en plus cyanosé

Traitement : 

  • Méthode d’Heimlich

Si sans résultat : pendre par les pieds pour les enfants

  • Taper dans le dos
  • Demander le contact SAMU
  • Annonce au public address (médecin, infirmier, sage-femme)
  • Déroutement

Cas n.3 : Asphyxie par le bloc de la langue chez les PAX inconscients

La chute de la langue vers l’arrière est un phénomène fréquent chez les inconscients, celle-ci obstrue alors la  voie respiratoire.

Prévention :

L.V.A. (libération des voies aériennes)

P.L.S (Position latérale de sécurité)

Cas n.4 : Asphyxie par diminution de la pression partielle d’O2

En cas de dépressurisation à haute altitude : ajuster les masques groins circuit fixe.

En cas d’hypoxie due aux effets de l’altitude en vol normal chez certains passagers tels que les personnes âgées, ou insuffisances respiratoires : administration à la bouteille d.O2 4l/mn.

L’INTOXICATION PAR INCENDIE

  • En cas de feu/fumée ou fumée en cabine :
  • Retirer les asphyxiés de l’ambiance toxique
  • Faire respirer les PAX dans des mouchoirs en se baissant
  • Protection respiratoire pour le personnel navigant
  • Si le malade respire, lui  administrer de l.O2
  • Si le malade ne respire plus = bouche à bouche

OEDEME DE QUINCKE

Manifestation allergique, sensation de gonflement de la région péribuccale, des lèvres, de la langue, et gonflement de la gorge avec rétrécissement de la voie respiratoire = risque d’arrêt respiratoire.

Traitement par un médecin en cabine = soludécadron en injectable (corticoïde).

Sans médecin à bord = O2, demi-assis, déroutement contact radio.

Affectations respiratoires et/ou cardiaques diverses = demi-assis + O2 + surveillance des signes qui pourraient justifier le déroutement. Calmer l’angoisse,   réchauffer, annonce au P.A.

Si troubles importants :

  • Arrêt respiratoire seul = bouche à bouche (15 insufflations par minute)
  • Arrêt respiratoire + arrêt cardiaque = 2 bouche à bouche + 15 massages cardiaques x 6 suivis d’un bilan.

MÉTHODE DE HEIMLICH

C’est une manœuvre destinée à expulser des aliments inhalés accidentellement (« fausse route »), obstruant le larynx (organe de la voix) et empêchant de respirer.

Elle consiste à comprimer brutalement la région supérieure du ventre formant un creux (épigastre), ce qui chasse de l’air des poumons et expulse le corps étranger. Elle permet d’expulser un corps étranger situé dans la trachée.

CONDUITE À TENIR :

DONNER CINQ TAPES DANS LE DOS

  • Se placer à côté du PAX légèrement décalé vers l’arrière
  • Faire pencher le Pax vers l’avant  tout en soutenant son thorax.
  • Les tapes dans le dos doivent être données avec conviction, en plaçant le plat de la main entre les deux omoplates.

EN CAS D’ÉCHEC AVEC LA METHODE DES TAPES DANS LE DOS. PRATIQUER LA MÉTHODE D’HEIMLICH

  • Passer derrière le passager debout, dans l’allée.
  • Passer ses bras sous les aisselles du passager.
  • Poser le poing fermé d’une main, pouce rentré, au creux de l’estomac (entre le nombril et l’extrémité inférieure du sternum).
  • L’autre main doit recouvrir ce poing. Les avant-bras ne doivent pas être en appui sur les côtes.
  • Appuyer fortement en remontant vers le diaphragme. Effectuer une rotation des mains vers l’arrière et vers le haut (en forme de virgule).

OBSTRUCTION DES VOIES RESPIRATOIRES

Le Pax respire avec de grandes difficultés. Il peut présenter des sifflements respiratoires.

Le PNC ne doit en aucun cas pratiquer une technique de libération des voies aériennes car cela pourrait provoquer une obstruction complète. Le PAX peut expulser lui-même le corps étranger.

  • Installer le passager en position demi-assise.
  • Donner de l’oxygène
  • Surveiller la conscience, la respiration, la coloration, le pouls et la TA.
  • Demander un avis médical et conseiller au passager d’aller consulter un ORL.
Ces informations ne sauraient être garanties comme étant à jour et ne peuvent remplacer les cours de CFS théorique fournis par une école hôtesse de l’air / steward ou ceux disponibles en suivant ce lien.

 

École hôtesse de l'air

NOS ÉCOLES PARTENAIRES

Les commentaires sont fermés.

Publicité
Recherche
Publicité
Publicité
Publicité